Depuis quelque temps, le débat sur la suppression des chèques repas prend de plus en plus d’ampleur. En effet, après la proposition de trois partis flamands de mettre fin à ce système en avril dernier, c’est aujourd’hui le ministre de l’économie Johan Vande Lanotte qui relance le sujet. Ces différents membres politiques désirent réformer le modèle des chèques repas en les remplaçant par une somme salariale supplémentaire, versée en net directement sur le compte des employés. Mais quelles conséquences pourraient engendrer une telle réforme ?

Aujourd’hui, les chèques repas sont distribués dans plus de 70.000 entreprises, auprès de plus de 1,6 millions d’employés. Ce système est apprécié des employeurs car il permet une économie en comparaison aux charges sociales et fiscales engendrées par une hausse salariale classique. Dès lors, l’entreprise a moins de frais, ce qui est positif pour sa compétitivité.

Quels arguments contre la suppression des chèques repas ?

La VIA (« Vouchers Issuers Association ») a voulu démontrer les conséquences de la suppression des chèques repas. Selon cette association, le système des chèques repas permet d’injecter près de 2 milliards d’euro dans l’économie belge, et plus particulièrement dans la distribution alimentaire et l’horeca. La perte financière souvent reprochée à ce système (coût de production, perte des chèques, chèques périmés,…) peut être résolue grâce à la carte électronique. En effet, celle-ci permet de mieux contrôler la validité des chèques et évite les pertes. La prolongation de la validité des chèques repas est également une solution pour combattre cette perte financière.

En remplaçant les chèques repas par une part salariale net supplémentaire, les employeurs et les employés courent également le risque de voir, plus tard, une taxe s’imposer sur cette somme. En effet, plus l’avantage octroyé au salarié se rapproche d’une rémunération ordinaire et plus il devient difficile de justifier l’exonération fiscale et sociale.

Enfin, comme le souligne le Syndicat Libéral, les chèques repas sont bénéfiques pour l’économie belge car ils ne peuvent pas être dépensés en dehors de la Belgique (contrairement à un salaire classique). De plus, certaines études ont démontré l’impact psychologique positif qu’avait l’octroi d’un tel avantage. Grâce à leur forme particulière, les chèques repas donnent, en effet, davantage l’impression aux employés de recevoir un bonus supplémentaire.

Motivez vos employés avec les avantageux chèques repas

Remplissez le formulaire ci-dessus et recevez des devis sans engagement.

Cela fait déjà quelques mois que la proposition de loi de Rik Daems (Open Vld) et Etienne Schouppe (CD&V) de supprimer les titres repas fait débat. Leur volonté ? Remplacer les titres repas octroyés aujourd’hui aux salariés par un montant net versé sur leur compte, en complément de leur salaire. S’en est alors suivi de…

Lisez plus

Le chèque repas est sur toutes les lèvres. La proposition de loi du sénateur Rik Daems (Open VLD) de supprimer les titres restaurants passe ce mercredi 12 février 2014 devant la commission « Finances » du Sénat. Si cette proposition est validée, c’est un véritable changement qui s’opèrera au sein des entreprises. Mais ce changement…

Lisez plus

Depuis septembre 2013 en France, certains distributeurs automatiques de boissons et/ou snacks acceptent les titres restaurants comme mode de paiement. Cette nouveauté découle d’un accord établit entre la Navsa (Chambre syndicale de la distribution automatique) et la CNTR (Commission Nationale des Titres Restaurants). L’accord a été officialisé dans une charte signée le 16 juillet 2013…

Lisez plus

Nous vous l’annoncions dans un précédent article, c’est maintenant chose faite: la validité des chèques repas passe de 3 mois à 1 an. Cette nouvelle validité a été officialisée dans une loi, adoptée il y a quelque mois par la Chambre mais publiée début août au Moniteur. Aucune date n’a été mentionnée dans cette loi….

Lisez plus